Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nos vidéos

8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 16:16
par Christophe

Ah !!   Quel spectacle !!
Cela fait deux fois que j’assiste à cette pièce, et à chaque fois c’est le même enchantement.
Mais commençons par le début…
En feuilletant le programme du Tarmac de la Villette, j’ai découvert que le spectacle «  a love suprême » jouait les prolongations. En effet, j’avais vu ce spectacle au mois d’août dernier.
Que pouvais-je faire d’autre que de proposer au centre d’organiser une sortie avec le groupe d’élèves ? Un spectacle à la fois théâtral et musical me semblait bien approprié à faire découvrir le personnage le plus marquant et le plus respecté de l’histoire du jazz moderne.
Une mise au point a bien sûr été nécessaire avant la représentation. Nous avons donc travaillé sur un texte relatant la vie de John Coltrane nous permettant de faire de la lecture et surtout de connaître cette icône de la musique noire américaine, de la musique tout court.
A ce moment, je dois remercier particulièrement Maud Resmond du Tarmac pour être venue au centre afin de présenter le spectacle devant un public encore un peu hésitant mais curieux.
Vint le mardi 6 mars, 19 h, une pluie battante et 11 femmes et hommes prêts à prendre la route direction la villette.
Arrivés in extremis avant le début du spectacle, mais accueillis avec les honneurs par toute l’équipe du Tarmac, nous nous sommes assis et le spectacle a bientôt commencé. Pour la plupart, c’était leur première fois dans une enceinte de ce type : une petite salle surchargée d’âmes humaines prêtes à s’ouvrir à rentrer en communion avec 3 musiciens et un comédien passionnés. Au-dessus de ces 90 âmes flottaient des dizaines d’autres sur les murs, souvenirs immortalisés de ce qu’était le jazz, de ses plus belles icônes, de Billie Holiday en passant par Charlie Parker, puis Dexter Gordon en veillant bien sûr à ne pas oublier John Coltrane.
Bref une parfaite représentation de l’Amérique noire, celle qui s’est battue toute sa vie, en pratiquant son art, sur fond de dénonciation et revendication des droits civiques.
C’est dans cette ambiance que démarra le spectacle. Un déluge de notes de phrases coltraniennes pour le plus grand plaisir des oreilles initiées bien sûr. Mais qu’en était-il des non initiés ? Leurs yeux d’abord se sont grands ouverts, écarquillés même, avec l’impression d’une découverte totale. Mais c’est ça le jazz alors ? Le jazz de Coltrane, oui !! Et les 3 musiciens (qu’il faut saluer également) y mettent le cœur.
Puis le comédien prit scène. Un barman sous le choc nous apprend la mort de son ami et mentor John Coltrane. J C est mort !!
Tout le spectacle s’est déroulé ainsi : entre musique et monologue, mais un vrai dialogue en tous cas. Et tout y est passé. L’Amérique noire des années 60, la violence, le racisme, les Black Panter, Martin Luther King, l’alcool, la drogue, le sexe….mais surtout le jazz !
Le spectacle s’est achevé sur un solo de saxophone de Sébastien Jarousse épatant en disciple spirituel de John Coltrane ; et c’est autant d’applaudissements que de notes qui ont salué ces artistes.
Cette représentation est la première je l’espère d’une longue série pour nos amis qui enfin ont passé la barrière invisible mais bien réelle de deux mondes qui n’échangent pas assez. A nous de les aider à se familiariser à cette démarche dans un but d’intégration sociale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Judicaël Denecé - dans Riquet
commenter cet article

commentaires