Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nos vidéos

9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 13:00

par Lucille Tetu

 

Peut être avez-vous déjà entendu parler d’ISIS (non pas la déesse égyptienne), son existence a été évoquée lors de la réunion animateurs-coordinateurs du vendredi 27 septembre dernier, sans que son nom n’y soit associé (un peu comme si l’énoncer reviendrait à provoquer le courroux sur nous tous…) Mais non justement parlons en d'autant que ce logiciel va durablement changer/perturber la manière de travailler de chacun des référents RSA du Pôle Social. Et comme en logique associative tout ce qui nous concerne vous concerne (et inversement/réciproquement) voilà quelques éléments d’explication-éclaircissements.

 

ISIS il en est question depuis des années, la DASES y travaille depuis fort longtemps, on en entend parler  comme d’un lointain mythe mais personne ne croyait réellement à son arrivée. Et pourtant si. Toute l’équipe du Pôle Social a été invitée par la DASES à deux jours de sensibilisation/formation sur sa complexe utilisation…des questions (pourquoi des volets tels que le médecin traitant, le "génogramme" - indiquant tous liens de parenté connus - ou le budget mensuel du foyer en ligne) et dysfonctionnements (convocations standards répétant à loisirs de ne surtout pas oublier son CV, ne laissant pas l’opportunité d’y glisser le logo de l’association, la spécificité d’Espace 19 d’avoir 3 lieux de réceptions) ont été soulevés…pour aussitôt retomber…inertes.

 

ISIS est un logiciel intégré à REMI - qui pour faire simple est une plateforme réunissant les informations et différents dispositifs afférents au RSA, sollicitable par les référents pour enrichir l’accompagnement des personnes suivies à ce titre. La révolution consiste d’une part à ce que la CAF, Pôle Emploi, les Espaces Insertion et les Associations puissent mettre leurs données en commun (se pose la question des limites du partage d’information, du flou existant sur l‘éventail des professionnels qui auraient accès aux données) et d’autre part (et là ça peut piquer sévère) à inverser le mode de facturation de la prestation. Auparavant Espace 19 rendait annuellement des comptes sur son activité RSA (fréquence des rendez-vous, nombre de familles et personnes isolées accompagnées…) et était payé en conséquence. Désormais Espace 19 sera rémunérée en fonction d’une multitude de petites cases cochées par les référents eux même suite aux rendez-vous (présence/absence, dispositifs utilisés, « actes professionnels » mis en œuvre, suite à donner…).

 

La déception majeure à la découverte du logiciel fut qu’en rien - malgré l’annonce initiale - "tout pouvoir faire directement en ligne" - il n’est en effet en rien créée pour faciliter la tâche des référents, au contraire c’est une forme de doublons pour simplement rendre compte à la DASES des « actes professionnels » engendrés. Là où nous pensions gagner du temps en - par exemple - cliquer pour inscrire une personne à une prestation de Diagnostique-Orientation (qui comme son nom l’indique permet de faire le point sur l’adéquation entre le niveau d’une personne et son souhait de formation/recherche d’emploi ou de lui donner des pistes d’orientations professionnelles auxquelles elle n’aurait pas songé jusque là) il faudra en réalité - comme actuellement - téléphoner au partenaire DO, discuter de la situation, trouver une date de disponibilité commune, remplir une fiche de liaison, l’envoyer à celui-ci, créer une convocation, l’envoyer à la personne (jusque là ça va) et ensuite… Ensuite il faudra se connecter sur REMI, entrer dans ISIS, indiquer le nom de la personne, son adresse ou le numero CAF, choisir parmi une liste la personne voulue, entrer dans son dossier, vérifier qu’Espace 19 soit l’organisme de suivi actif, mentionner au besoin le nom du référent, aller dans l’onglet « actes professionnels », cliquer sur le « + », indiquer l’organisme, la date et heure du 1er rdv du DO, quelques détails supplémentaires, valider l’action, vérifier qu’elle s’affiche dans la liste des « actes pro » et y revenir par la suite pour préciser si le rendez-vous a effectivement eu lieu ou non…et la suite à donner.

 

Imaginez que le moindre rdv, les orientations et aides financières… sont tous soumis à la même logique. C’est une suite de clics qui se surajoute au suivi de la personne (à faire pendant ou après le face à face - "attendez je clique" ?). Sans parler des 3 mois devant nous, jusqu’en janvier 2014, pour indiquer dans chaque dossier des allocataires du RSA suivis par le Pôle Social - pour chaque individu composant la famille - les « sept données obligatoires » (nom du référent, date de naissance, type de logement, niveau de scolarité, date de prise en charge administrative et sociale…) afin d’ouvrir droit à la facturation de l’accompagnement de cette personne. Concrètement chaque référent va avoir trois mois pour prendre des nouvelles habitudes, devoir passer un temps certain - à ne faire que l’entrée de ces données…

 

Tout ça pour vous prévenir que pour l’Equipe du Pôle Social ce logiciel est un peu comme l’arrivée d’une grippe permanente, nous trouverons comment continuer à travailler au mieux mais nous serons très certainement freinés par ces lourdeurs administratives supplémentaires, donc ne vous inquiétez pas (de trop) si en nous croisant dans chacun des centres sociaux où nous avons des permanences (Laila et Achata à Riquet ; Juliette, Anne Sophie et Ariel à Cambrai ; Lucille à Ourcq) nous semblons fiévreux ou avons les yeux rouges…c’est juste une des conséquences de l’arrivée d’ISIS : la multiplication du temps passé devant le PC.

 

A suivre ! 

Repost 0
Published by Judicaël Denecé - dans Divers
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 12:59

par Menoune, Auxilliaire puéricultrice

Mina, Zineb et moi-même sommes allées au supermarché avec les enfants afin de découvrir ou redécouvrir les fruits et les légumes de saison. Cette expédition avec quatre enfants et deux adultes fut fort enrichissante. Les enfants ont découvert les étales de fruits et légumes et Ils ont même participé aux choix et à la pesée.
Le but était de pouvoir confectionner une salade de fruits que nous voulions déguster tous ensemble lors du goûter. Il s’agissait aussi pour moi de sensibiliser les familles et les enfants à l’importance de manger cinq fruits et légumes par jour tout en prenant du plaisir …

Dès le lendemain, donc, autour de la table,  Nana, Renaud et moi  nous nous sommes occupés de découper les fruits. Les enfants étaient attentifs à ce que nous faisions et ils ont mis la « main à la pâte ». Nous avons réalisé des brochettes de fruits qui ont attisé leur curiosité. Certains voulaient y goûter, d’autres les toucher, les palper. Certains gourmands comme Aïssa n’ont pas pu s’empêcher de goûter durant la préparation. D’autres comme Leïla, Lounès, Lily semblaient totalement émerveillés devant ces brochettes de fruits qu’ils avaient hâte de gouter.
Tous ont été intéressés de sentir les odeurs et impatients et de s’amuser à toucher les fruits.

Repost 0
Published by Judicaël Denecé - dans Riquet
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 12:38

Sandrine Cordani, bénévole sophrologue, propos recueillis par Maude Levaire

"Je suis ravie de mon engagement cette année car j'ai le sentiment que l'atelier de sophrologie apporte sérénité et calme aux participants. Travailler avec ce public (en centre social et culturel et auprès des seniors) est une découverte pour moi. Je suis surprise car la sophrologie est une forme de médecine douce pas très connue et pourtant les participants se sont ouverts et montrés très optimistes. J'aime beaucoup mes seniors. Chacun a son propre vécu et ils arrivent tous à le mettre en commun. Unanimement la communication est importante alors que cela n'est pas évident en groupe. Les problèmes les plus fréquents dans ce groupe sont le sommeil, le stress ou l'anxiété. Je trouve que chacun a réussi à trouver quelque chose de bon à prendre pour lui même dans l'atelier. C'est une grande satisfaction en tant que bénévole car ils sont moins tributaires de leurs problématiques corporelles. Je récolte souvent les paroles vives des participants, cela m'intéresse de connaitre leur vision et évolution. Ce que me disait Robert qui participe aux ateliers c'est que depuis qu'il a commencé la sophrologie sa tension a baissée de trois points. C'est un effet connu de la sophrologie que de soulager les problèmes d'hypertension. Gérard qui souffre depuis 8 ans d'acouphènes m'a dit qu'il avait passé trois jours sans aucun acouphène après la première séance et quatre jours après la deuxième.  Les acouphènes sont souvent traités en sophrologie par un cycle court comme celui que je propose en 6 séances. Pour finir je dirai que l'important est de pratiquer la sophrologie lorsque l'on en a vraiment envie. C'est le cas pour les participants de ce groupe, ils sont très réceptifs."




Repost 0
Published by Judicaël Denecé - dans Cambrai
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 12:35

Par Estelle Zitella, stagiaire  DEJEPS secteur senior

Entre atelier équilibre, sophrologie, informatique, jeux de société, sorties, permanences culture du cœur et Café ConvivialiThé, quel emploi du temps bien rempli et que de choses à retenir cette année.

En plus de ces activités nous avons mis en place un Réseau SolidariThé Senior. Les acteurs œuvrant auprès du secteur senior sur le quartier Flandre élargi se sont regroupés pour pouvoir être plus efficace en terme d’orientation et répondre au mieux aux besoins de nos retraités. D’autres choses ont été évoquées sur un guide du quartier regroupant les bons plans… mais CHUT… on n’en est qu’à la réflexion, nous vous tiendrons au courant dès que nous serons plus avancés.

Et ce n’est pas tout, pour finir l’année scolaire en beauté, nous avons partagé le déjeuner du 2 juillet. Nous étions une quinzaine autour de la table, et ce moment restera pour moi l’un des plus sympa et convivial de l’année.
Maintenant, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter d’excellentes vacances et de vous donner rendez-vous le 19 septembre pour démarrer cette nouvelle année autour d’un petit déjeuner partagé pendant lequel nous comptons sur vous pour discuter de vos envies, vos loisirs et du programme 2013/2014.

Eh oui ! Maintenant, à Espace 19 Cambrai, il fait bon d'être retraité.

A bientôt "sous le soleil de Mexico" ou au 28 rue Bernard Têtu

 

Sans-titre-1.JPG

Sans-titre-2.JPGSans-titre-3.JPGSans-titre-4.JPG

Repost 0
Published by Judicaël Denecé - dans Cambrai
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 11:10

par Lisa,

 

L’ensemble de l’équipe d’espace 19 ainsi que de nombreux bénévoles et partenaires ont eu le plaisir de se mobiliser pour vous organiser la Fête de Quartier du 15 Juin. De nombreuses animations allant des ateliers de conceptions de déguisements aux démonstrations de danses ont fait vivre le Quartier ainsi que ses habitants mais aussi la Cité Léon Giraud. En effet, beaucoup d’habitants de Léon Giraud ont affirmé avoir été ravis de voir leur cité si animée en ce Samedi ensoleillé.
J’ai moi-même eu plaisir à participer aux animations de conceptions, entourée de tous ces enfants débordant d’énergie et de créativité. Plusieurs enfants ont exprimé leur joie d’avoir pu participer tous ensemble à cette fête. Le stand des Maracas et des jeux ainsi que le bateau pirate ont d’ailleurs eu beaucoup de succès auprès des jeunes.
Pour clôturer les stands d’animations, la Batucada a amené tous les participants à venir défiler. En effet, le groupe Badauê a su nous faire danser au rythme des percussions dans le Quartier, ce qui n’a pas manqué d’attirer les regards et les sourires de nombreux passants, provoquant ainsi une ambiance festive et conviviale.
Merci à tous pour votre participation  et surtout rendez-vous à tous l’année prochaine pour célébrer une fois de plus la fin de l’année et le début de l’été !

 

aDSC_0015.JPGaDSC_0029.JPG1305-0102.JPGDSCN5276.JPG

Repost 0
Published by Judicaël Denecé - dans Ardennes
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 15:29

par Menoune, Auxiliaire de Puericultrice.

 

 

A l’occasion de la semaine bucco-dentaire du 16 au 24 Avril, nous avons travaillé l’hygiène et la santé des dents. Des lots de brosses à dents, des dentifrices et des gobelets ont été offerts aux enfants de la crèche 1,2,3…19. Tous les jours pendant une semaine après le déjeuner, nous les avons accompagnés par petits groupes jusqu’au coin d’eau où se trouvent deux robinets à leur hauteur pour apprendre ensemble à se brosser les dents.

Certains enfants connaissaient déjà, alors que pour d’autres, c’était la première fois.

Quelques enfants ont avalés le dentifrice au début puis ils ont appris progressivement les gestes nécessaires à une hygiène dentaire impeccable.

De plus, une maman dentiste nous a offert « un cours » lors d’un petit déjeuner à Riquet sur le brossage des dents à l’aide d’un dentier et d’une brosse à dent géante. Cela a énormément plu aux parents qui ont pu poser toutes leurs questions ainsi qu’aux enfants, car ils ont l’âge idéal pour commencer à se brosser les dents. Nous avons appris que le fait d’avaler le dentifrice n’est pas dangereux et que les visites chez le dentiste peuvent commencer dès 3 ans.

 

DSC05049.JPGDSC05050.JPG

DSC05051.JPG

 

Repost 0
Published by Judicaël Denecé - dans Riquet
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 11:54

Regard de Fatima Arrass , auxiliaire de puériculture sur notre projet transversal centre social et petite enfance : « faire vivre le coin livre » :

En partenariat avec l’équipe du centre social, des bénévoles et l’équipe petite enfance, un projet coin livres est né à Espace Riquet.
Les rendez-vous avec les tout-petits étaient au rythme d’une fois par mois, le mercredi.
Victimes de notre succès, notre présence est devenue indispensable tous les mercredis.
Pour un moment de partage et de convivialité entre enfants et adultes et pour écouter « la boîte à histoire » dans différentes langues.
A la fin de l’histoire Le loup et les sept chevreaux, les enfants deviennent acteurs à tel point qu’ils se mettent à raconter l’histoire à leur tour.
Ils ont ensuite accès aux livres, accompagnés par les adultes, puis on clôture par un temps chanson pour donner un rituel.

 

Photo-article-Fatima--1-.jpgPhoto-article-Fatima--3-.jpg

Repost 0
Published by Judicaël Denecé - dans Riquet
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 11:52

par Zineb SOUAG

Les enfants  adorent aller à la bibliothèque. Une matinée ensoleillée, parfaitement idéale pour  une sortie à la bibliothèque! Après toute une organisation et préparation, les six enfants sont prêts pour cette aventure et la découverte des livres avec une auxiliaire de puériculture, une maman qu’on a sollicitée à venir nous accompagner et qui a répondu avec plaisir, et moi-même, en route pour  la bibliothèque du quartier  « Benjamin Rabier ».
Après 20 minutes à pieds, nous sommes arrivés. Marie, l’animatrice nous a accueillis dans un espace pour les tout-petits avec des tapis multicolores, des coussins, une lumière tamisée et une belle collection juste pour eux. Elle s’est présentée par une chanson que les enfants connaissent bien. « J’ai un nom, un prénom, deux yeux, un nez, un  menton. Dis-moi vite ton prénom pour continuer la chanson. »  Les enfants ont joué le jeu. Après elle a raconté des petites histoires,  les enfants ont participé avec des gestes, des mimes et jeux de doigts.  Ils étaient très calmes et très concentrés.
Une heure après c’était le moment de rentrer à la crèche.
On a passé un agréable moment et les enfants ne voulaient pas sortir de la salle. La maman d’Aminata, qui nous a accompagnés, était très contente. Elle a beaucoup aimé la séance et elle était très surprise de la participation de sa fille. Elle nous a même dit qu’elle viendrait  à la bibliothèque avec sa fille et ses deux garçons plus souvent pendant les vacances. 

Repost 0
Published by Judicaël Denecé - dans Riquet
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 11:50

par Jacky WASSA

Chez les « petits pas », unité des « bébés », nous avons réalisé un petit film  relatant la journée type des enfants en crèche.  Ce film a servi de support à la réunion des parents -professionnels.
Emerveillés  par  celui-ci, certains parents n’ont pas hésité à verser quelques larmes de joie en voyant les exploits de leurs enfants. Victimes de notre succès plus rien ne nous arrête.
L’imagination et la créativité de l’équipe a permis  lors du printemps des  centres sociaux de découvrir  des petits « tops chefs » en pâtisserie chez les bébés.
Oui, aussi incroyable que cela puisse paraître les enfants ont participé à la préparation du gâteau au yaourt que nous avons partagé tous ensemble au goûter.   Pour tout vous dire, la motricité fine était au rendez-vous.
Les enfants ont cassé les œufs, mélangé les ingrédients, tout cela sous l’œil vigilant des  chefs étoilés des professionnelles des petits pas. Une expérience à vivre !!
Le gâteau était très bon, tant au niveau texture, qu’au niveau du goût.  La réussite de cette activité est due  au travail de l’équipe et surtout à la bonne humeur des petits «  Tops chefs en pâtisserie »


Par Fatima Arras  
                                                                                 
De l’expérience unique à la mise en place de projet….
Nous voilà à l’œuvre de nouveau avec nos blouses et nos mains propres dans l’unité des « petits pas »…
Avec les œufs, la farine, l’huile, le yaourt et la levure, nous préparons notre gâteau pour le goûter partagé car nous sommes les meilleurs pâtissiers. On tourne bien, on tourne fort et à l’aide du four notre gâteau est prêt.
Et même si nous pataugeons dans la farine et les œufs nous avons le trophée du meilleur pâtissier de l’année.

article-jacky-et-Fatima.jpg

Repost 0
Published by Judicaël Denecé - dans Riquet
commenter cet article
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 12:17

Par Renaud Courtecuisse

AVEZ-VOUS DEJA VU un spectacle de danse sur le thème du pied pour les Tout-petits ?
En voilà un qui s’appelle « Croche Pied »… Laissez moi vous le présenter ! 
D’abord, il n’est pas seulement un spectacle autour du pied et du mouvement. Car il est surtout un support aux RÊVES, à la poésie, à la musique et à la danse… Il est joué par un duo de danse et de percussions qui fait apparaître et s’entremêler de façon inattendue et surprenante neuf scénettes autours de chaussures musicales des plus extravagantes. Et toute cette magie s’exerce dans une ambiance musicale faite de « mille » instruments de percussions. Quant au décor, il est sobre composé d’un banc, d’un paravent et d’un tapis.

Mais comment tout cela a pu être possible ?

La compagnie Chavirage aurait-elle découvert un cordonnier « fou » tout à la fois musicien et marionnettiste ? Mais non… C’est Catherine MASSIOT, danseuse et chorégraphe de cette compagnie qui, en 2000, a composé trois pièces sur le thème du pied, de la danse et de chaussure (« Grolles de Dames » en 2002, « Coquelicot », 2006, « Au pied levé », 2008) pour le Musée international de la chaussure à Romans.  Après plus de dix ans années de rencontres, d’échanges et de collaboration où le corps, la danse ont osé des prises de risque,  en 2012, le spectacle « Croche Pied » a été créé. Croche pied est un condensé de tout ce travail, pour le plaisir des yeux et des oreilles des spectateurs.

Et comment « Chavirage » a t–il pu se poser sur le rivage de l’Espace 19 Riquet ?

Le centre social et culturel Riquet a simplement répondu par l’intermédiaire de Sandra Behejohn, coordinatrice de l’ « animation collective familles », à la proposition  de notre partenaire, le 104, d’accueillir ce spectacle qui ne pouvait plus être présenté comme prévu à la Maison des Tout-petits du 104. Alors, pour le bonheur de nos adhérents et des familles, Elodie Amiot (EJE adjointe) a coordonnée la mise en place des représentations et alerté les autres structures petite enfance d’Espace 19 de cette bonne nouvelle : « un spectacle de qualité pour les Tout-Petits et gratuit à Espace 19 Riquet ! » Chacun a pu au travers de toute la semaine du 9 au 13 avril profiter du spectacle et certains enfants de la crèche Riquet  y ont assisté plusieurs fois !!

Alors comment les enfants et les familles ont-ils vécu ce spectacle ?

Pour mieux se rendre compte de l’impact émotionnel du spectacle sur notre très jeune public, j’ai eu envie de filmer quelques séquences et ainsi saisir sur leurs visages la joie, la peur parfois, mais surtout le plaisir de découvrir avec tous leurs sens ce beau spectacle. Il est vrai qu’au début les enfants étaient impressionnés. Ils ne bougeaient pas… Eux qui d’ordinaire bougent tant et s’expriment tellement librement, ont vraiment étonné par leur sérieux les professionnels et les parents qui les accompagnaient.

Le spectacle commence comme un réveil, le duo assis sur un banc tournant le dos aux spectateurs semble se réveiller, s’étirer. Ce duo va petit à petit se retourner vers les spectateurs. Puis c’est au tour de leurs pieds de bouger et de s’embrasser comme pour se dire bonjour, se découvrir… Les enfants regardent, ne bougent pas… Lentement, le duo se sépare. L’homme va rejoindre ses instruments posés à même le sol sur un tapis circulaire. La danseuse se lève et chantonne quelques refrains sur le thème du pied : «  Moi, mes souliers ont beaucoup voyagé… »… Ces paroles sont accompagnées de musiques de plus en plus rythmées. Voilà le temps du jazz, le corps de la danseuse s’anime, danse, saute. Les yeux des enfants s’agrandissent, leurs regards passent de la danseuse au musicien dans un va et vient permanent pour ne rien perdre du spectacle… Petit à petit, les sourires apparaissent sur les visages des enfants. Les mains, les pieds s’animent doucement à leurs tours…

Mais les enfants restent absorbés par ce qu’ils découvrent. Peut-être parce que pour certains, c’est bien la première fois qu’ils voient un spectacle de ce type. Et la magie du spectacle nous fait oublier que nous sommes dans la salle conviviale du centre social. Une atmosphère particulière semble avoir pris place.

Parfois, j’ai observé un enfant plus inquiet, un autre plus effrayé, ou un apeuré aussi. Surtout quand la danseuse se met à chausser des pantoufles énormes en forme de pied d’animal et pousser des cris de rugissements. Alors des mains d’adultes rassurantes se sont posés sur les épaules tremblantes comme pour mieux les contenir. D’autres enfants qui vivent tellement intensément le spectacle, expriment eux des sons, des mots, des gestes comme pour mieux participer et interagir avec le spectacle, ou je ne sais, avec les artistes peut être. Les professionnels veillent aussi d’un œil sur ceux-là qui veulent se lever pour danser ou taper sur les percussions. Ils ne doivent pas franchir une ligne blanche qui a été définie au sol, séparant le monde du spectacle et le monde du public qu’ils sont devenus.

Tour à tour, le duo d’artiste, nous fait découvrir un spectacle de plus en plus rythmé. Les pieds de la danseuse se chaussent de tongs puis de sabots blancs, enfin de chaussures à talons de couleur rouge vif, nous transportant dans un univers de Sévillane. Une multitude de bruits divers et variés sortent des pas de danse. Les percussions nous plongent dans des ambiances toutes particulières pour chacune de ces chaussures. On peut percevoir des bruits de cloches, des maracas ou des imitations d’animaux, des sifflets de canard, des bourdonnements d’insectes ou des pluies diluviennes… Et parfois tout se ralentit, s’arrête… laissant place à un univers plus serein. Et tout se réanime aussi vite. Et d’autres chaussures apparaissent, maintenant ce sont des baskets aux semelles étonnamment surélevées… qui à leur tour sont remplacés par des immenses cuissardes noires dans lesquelles la danseuse a plongé ses bras pour mieux les animer.
 
Et pour finir le spectacle, le musicien se met à son tour à chanter et à danser accompagné par une petite guitare aux sons de banjo. Pendant ce temps, la danseuse a chaussé de mini échasses qui lui font « presque toucher » le plafond trop bas de la salle… Armée d’une ombrelle, elle chante avec lui sur un air très entrainant ou les petites têtes et les mains de nos spectateurs s’emportent en rythme tous ensemble… T’es où ?... T’es où ?… Miaou comme un matou… tu te caches où ?… Miaou… Choubidou comme un zazou … T’es où ?... T’es où ?… C’est sur ce refrain que le spectacle va se terminer comme il a commencé. Les deux artistes vont se poser sur le banc et tournent le dos aux spectateurs. La lumière s’éteint !

Je ne vous raconte pas le « Bonus »… que j’ai filmé à la fin de ce montage vidéo où les enfants sont entrainés par les artistes à venir jouer des instruments… Vous avez compris que leur bonheur était bien plus qu’immense… Alors, je ne vous raconte pas non plus, le goûter qui s’en est suivi avec les artistes et les parents (chanceux.. ce jour-là)… Quelle après-midi, et quelle semaine !!

Avec le passage de ce spectacle un espoir s’est semé… m’a confié la responsable de la crèche. Celui de pouvoir continuer à proposer des moments d’éveil artistique et culturel aux enfants de la crèche. Et ainsi permettre d’inviter les enfants et leurs familles à éveiller leurs sens et leur imagination en partageant tous ensemble de bons moments comme celui-là…


Plus d’information sur le spectacle :
Compagnie Chavirage, spectacle « Croche Pieds »
Un duo de danse & musique
Spectacle à partir de 18 mois • durée 25 mm
Chorégraphie : Catherine MASSIOT
Danseuse : Lucile RIMBERT
Univers sonore : Jean Marie GERINTES percussionniste 
Chaussures musicales : Henri OGIER compagnie Au cul du loup
Costumes : Fanny MANDONNET

 

CHAUSSURE.jpgPublic_2.jpgSequence_1.jpgSequence_2.jpgSequence_3.jpgSequence_4.jpgBONUS_1.jpg

Repost 0
Published by Judicaël Denecé - dans Riquet
commenter cet article